Kaïcho, le clown…

Kaïcho, un enfant de la balle.

On ne cache pas son enfance derrière un nez rouge, ni ses angoisses, ni ses espoirs, ni ses rêves les plus fous.

Kaïcho est un enfant qui a refusé de grandir, un funambule fragile, magicien malhabile, Merlin désenchanté, que le souffle échevelé du tourbillon de la vie entraîne, telle une poignée de poudre aux yeux, de l’infini vers l’infini.

Kaïcho fait son cinéma, muet, et nous touche en plein cœur, sans nous blesser. Il se montre, dans des élans d’une infinie tendresse, perché au bout de son pinceau, et nous nous reconnaissons dans son auto-portrait.

A bout de souffle, le souffle chaud des poètes, Kaïcho tire sa révérence. En un clin d’œil, dans une ultime pirouette, il disparaît… Enfin, peut-être…

Peut-être qu’en refermant trop vite la porte du théâtre sur ses doigts, réapparaîtra-t-il, en disant, s’excusant presque : “Même pas mal !”

(merci René)

Kaicho est apprécié. Sans un mot, il vous invite dans son univers, souriez.

Nous avons longtemps cherché son titre mais nous ne cherchons plus, Ninon a trouvé pour son père ; Kaîcho !!! C’est beau non ?

La vidéo du spectacle…